Prenez part à la construction de notre démarche

 

Nous vous invitons à co-construire notre démarche à travers deux dispositifs participatifs complémentaires :

  • Vous pouvez contribuer aux différents ateliers thématiques qui permettent le partage de documents et de réflexion à travers la mise à disposition d'un forum de discussion et d'outils de partage. La participation aux ateliers implique la création d'un compte utilisateur.

  • Plus simplement, vous pouvez nous faire part de vos réflexions en écrivant un texte libre ci-après. Aucune création de compte n'est requise pour cela.

Ajouter une contribution

Recopier ce code dans le champs prévu à cet effet : Recopier ce code dans le champs prévu à cet effet

Les contributions sont modérées. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur.


Contributions

DH-AVAP
DH-AVAP (Dominique HARRIAGUE)
#13 - 21-05-2019
On peut lire dans le diagnostic de la qualité de l’air du PCAET du pays basque récemment publié :
« Les zones sensibles sont des zones où les actions en faveur de la qualité de l’air doivent être jugées préférables à d’éventuelles actions portant sur le climat. »

« Sur le territoire de la communauté d’agglomération Pays Basque, il s’agit des communes de Anglet, Arcangues, Bayonne, Biarritz, Bidart, Boucau, Ciboure, Guéthary, Saint-Jean-de-Luz, Saint-Pierre- d’Irube et Urrugne. » 

Je trouve donc curieux que ce sujet n'apparaisse pas en bonne place dans les thèmes de discussion proposés. L'air de la mer sans doute !
PIERRE CASENAVE
PIERRE CASENAVE
#12 - 12-05-2019
Propositions pour des changements profonds dans la mobilité au Pays Basque .

Voici des propositions pour tenter d’atteindre les objectifs d’une limitation du réchauffement climatique à 1,5 ou 2°C, basées notamment sur les propositions de B&L évolution :

VUL ( utilitaires légers )
-pour les PROFESSIONNELS THERMIQUES :
à partir de 2024 taxation qui augmente dans le temps
à partir de 2026 interdiction
-pour les PARTICULIERS :
à partir de 2022 taxation qui augmente dans le temps
à partir de 2026 interdiction
BUS
à partir de 2022 taxation qui augmente dans le temps pour les thermiques
à partir de 2022 aide financière pour biogaz, électriques
voies réservées sur les 2x2 voies à l’approche des agglomérations
POIDS LOURDS
Zones urbaines : interdiction à partir de 2021
Autoroutes et Routes : limitation à 80 sur autoroutes , à 60 sur routes à partir de 2021 avec radars ++
Autoroutes : taxes pour thermiques augmentant progressivement dans le temps ,
Routes : interdiction pour thermiques à partir de 2027
Routes : interdiction au-delà de X tonnes ( à définir ) à partir de 2022
VOITURES
ECOCONDUITE : pas de dépassement sur de nombreuses voies , radars ++
Grands axes : une voie réservée pour les bus et les véhicules à partir de 3 personnes à bord
Véhicules consommant plus de 5 litres au 100 : interdiction dans les centres villes puis partout à partir de 2024
Véhicules thermiques : interdiction dans les centres villes à partir de 2024
2030 : pas de véhicule de plus de 10 ans
Voitures avec 4 personnes : voies de bus utilisables
VOLS AERIENS
à partir de 2021 taxation ++++ des vols métropolitains : PARIS/ LYON etc
EMPLOIS/DOMICILE
Installer des commerces , des distributeurs « drive » dans les zones péri-urbaines , les quartiers et zones sans commerce,
Favoriser le télétravail.

Toutes ces propositions sont « impactantes » pour la vie de chacun de nous , pour chacun des habitants du Pays Basque , mais tout citoyen sait bien que sans changement profond du mode de société et sans changement profond du comportement quotidien de chaque individu , la limitation du réchauffement climatique sera impossible .
Ce type de mesures doit bien sûr être expliqué et discuté pour être approprié collectivement.

Certains pourront répondre que ces propositions entraineront un affaiblissement du Pays Basque . Personnellement je pense que de telles mesures seraient au contraire très favorables à l’image du Pays Basque en démontrant sa force de progrès et son intelligence collective.
CASENAVE PIERRE
CASENAVE PIERRE
#11 - 12-05-2019
Pour limiter le réchauffement climatique à 1,5°C , l’empreinte carbone de la France doit passer de 10,5 tonnes de CO2 par habitant en 2017 à 3,7 tonnes de CO2 en 2030.
B&L évolution ( dont Charles-Adrien Louis déjà formateur au CDPB est un des cofondateurs ) explique dans son rapport « Comment s’aligner sur une trajectoire compatible avec les 1,5°C ? » les moyens pour réduire le réchauffement dans tous les secteurs les plus émetteurs de gaz à effet de serre (résidentiel, tertiaire, mobilité, agriculture, industrie de l’énergie, aménagement, services et bien de consommation) .
Si on veut tous ensemble atteindre des objectifs élevés au Pays Basque , il faut des changements profonds dans tous les secteurs , des compromis collectifs difficiles .
Ce rapport me parait une très bonne base à partager pour définir la TEE au Pays Basque à un niveau suffisamment élevé , indispensable pour obtenir des résultats significatifs , seuls envisageables .
Avenirgb
Avenirgb (Avenir )
#10 - 28-04-2019
Membre d'Avenirgb et coopérateur au sein de Sugarai et d'Iener j'ai participé à l'atelier thématique "Energies renouvelables".
Développons les énergies renouvelables oui, mais il faut impérativement adapter les besoins à la ressource, commençons par la sobriété énergétique, sinon ce sera une course sans fin à la recherche de toujours plus d'énergie, une nouvelle version de la course à l’échalote.
Pour aller vers plus de sobriété certaines mesures demandent des investissements (transports, rénovation énergétique des bâtiments..), mais d'autres dont on se contente de parler depuis des années (cf défi famille à énergie positive) ne nécessitent aucune mise de fond, parmi celles là une ne dépend que d'une décision politique et aurait un impact quantitatif majeur, je dis bien majeur, et aussi pédagogique: la DIMINUTION DE L’ÉCLAIRAGE PUBLIQUE par le biais de la temporisation mais aussi de la suppression de certains lampadaires (nous pouvons illustrer notre propos par la visite nocturne d'un territoire). Cette source d'économie est la plus visible au sens propre, mais un "Conseiller en économie d'énergie" au sein de la CAPB pourrait faire une traque plus subtile: "l'énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu'on ne produit pas".
TEE
TEE (XAVIER CABILLON)
#9 - 19-04-2019
Tout d'abord, je tiens à féliciter l'organisation du forum de CAPB.
Grace à cet approche participative citoyenne car, de notre diversité territoriale, nous pouvons échanger nos idées, nos expériences, nos rencontres, et le bilan ne peut qu’aboutir à des réflexions positives.
Les politiques gouvernementales successives proposées depuis 40 ans n’ont rien apporté comme solution, démontrant leur inefficacité, mais surtout un perpétuel attachement à une dépendance énergétique basée sur les énergies fossiles et nucléaires, à une société de consommation toujours plus grandissante.
Premier constat, l’action doit démarrer de la base, et donc, en premier lieu il faut impérativement que les élus de ce territoire soient souverains de leurs actions, de leurs décisions, de leurs gestions patrimoniales, culturelles.
Notre avenir ne pourra pas engager la responsabilité des instances administratives et politique extra territoriale, qui bien souvent ne sont pas impliqués et responsabilisés, donc ils doivent avoir un avis consultatif simplement.
Ensuite concrètement, en ce qui concerne la lutte contre le changement climatique il faut une approche de bon sens basée sur 3 axes : sobriété, efficacité énergétique et le développement des énergies renouvelables (démarche négaWatt : https://negawatt.org/La-demarche-negaWatt)
Si rien n’est fait, s’est une remise en question de notre mode économique, culturel, social et de santé publique, car l’environnement reste notre support de (sur)vie, l’avenir de notre civilisation.
Ma contribution se porte sur le développement des énergies renouvelables.
L’idée principale revient à sauver notre patrimoine culturel et lui donner une seconde jeunesse, En équipant et soutenant nos vieux moulins multiséculaires en outils contre « le changement climatique ».
Le territoire TEPOS –TEPCV, Garazi-Baigorri produit près de 20% d’énergie renouvelable de sa consommation, les souletins sont à 100% grâce aux vieux moulins, autant de GES en moins !
Malheureusement, l’administration préfectorale (DDTM, DREAL, AFB, etc …) étrangle les producteurs d’énergie renouvelable par des contraintes abusives et infondées.
Donc, je proposerais :
- De sensibiliser les élus au principe d’une préservation de notre potentiel d’énergie renouvelable hydroélectrique, car chaque année la part de la production d’énergie renouvelable est enlevée au bénéfice de la production d’énergie non renouvelable.
- D’opposer un moratoire ou des décisions (notamment celle permise par l’article L 215-12 du Code de l’environnement : les maires peuvent, sous l'autorité des préfets, prendre toutes les mesures nécessaires pour la police des cours d'eau.) relatives à toutes les mesures administratives engendrant une diminution ou suppression de l’énergie renouvelable produite ou productible
- De demander à la CAPB, de se saisir des difficultés administratives qui pèsent sur le cap fixé par le Plan de transition énergétique (PCAET), et de s’opposer à toute atteinte aux seuils, moulins et microcentrales, gisement remarquable et durable de la production d’énergie renouvelable luttant contre les émissions de gaz à effet de serre.
Voici ma première contribution citoyenne dans votre forum ; dans l’attente d’une réaction.
Cordialement,
Xavier
HARRIAGUE Dominique
#5 - 10-04-2019
Bonjour,
Très bonne organisation des ateliers ce samedi 6 avril avec une très bonne ambiance, appliquée et constructive.
Les échanges démontrent néanmoins une absence criante d'information sur la réalité de la pollution atmosphérique dans notre belle région.
La nature très différente des causes suivant les territoires (transports sur la côte, agriculture en milieu rural, chauffage...) est méconnue car diluée dans une superficie bien plus grande : que pèsent le trafic automobile côtier, le rot de la vache d'Amikuze ou le poêle souletin une fois dilué dans l'EPCI ?
Le plan de protection de l'atmosphère de l'ex agglomération bayonnaise ainsi que son plan climat énergie territorial n'ont pas été cités une seule fois et la simple idée que le taux d'ozone puisse augmenter régulièrement à Bayonne n'a eu aucun écho. Celle d'un éventuel impact sanitaire lié à autre chose qu'à l'industrie du port également.
Dommage ! A moins qu'esquiver une évaluation par trop douloureuse (ou absente) ne soit le but recherché...
Dominique
Julia Loste
#4 - 08-04-2019
Bonjour à tous,
et merci pour cette première matinée, c'était agréable d'échanger avec autant d'acteurs locaux engagés.

En attendant le 22 Juin, j'avais envie de vous proposer WAG une petite appli sympathique initiée par le WWF France. Le but ? (s')inviter à se lancer dans de petits défis écologiques et responsables.
https://www.wwf.fr/agir-au-quotidien/we-act-for-good
Cette appli s'adresse à tous, petits et grands.
Une fois dessus, elle propose rapidement de passer à l'action en livrant de petites recettes sur la fabrication de produits ménagers (avec estimation de temps et degré de difficulté) et propose des actions allant du bien manger, au zéro déchet en passant par l'optimisation énergétique & la reconnexion avec la nature.
On peut aussi y trouver des évènements relatifs à la transition énergétique, festivals, ateliers.. et contribuer autant à la carte d'évènements sur le territoire qu'aux recettes... Faîtes des propositions !
À bientôt pour le 22 Juin !
Julia