Prenez part à la construction de notre démarche

 

Nous vous invitons à co-construire notre démarche à travers deux dispositifs participatifs complémentaires :

  • Vous pouvez contribuer aux différents ateliers thématiques qui permettent le partage de documents et de réflexion à travers la mise à disposition d'un forum de discussion et d'outils de partage. La participation aux ateliers implique la création d'un compte utilisateur.

  • Plus simplement, vous pouvez nous faire part de vos réflexions en écrivant un texte libre ci-après. Aucune création de compte n'est requise pour cela.

Ajouter une contribution

Recopier ce code dans le champs prévu à cet effet : Recopier ce code dans le champs prévu à cet effet

Les contributions sont modérées. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur.


Contributions

Javier Santamaria
Javier Santamaria
#33 - 14-11-2019
Il faut créer beaucoup plus de pistes cyclables et augmenter drastiquement les services de transport publique. Les trajets quotidiens en voiture sont em train de détruire le futur de nos enfants !
Lydie Billaud
Lydie Billaud
#32 - 13-11-2019

La communauté d'agglomération de Dunkerque a mis en place la gratuité des transports publics depuis un an. Cette expérimentation est une véritable réussite : la fréquentation des bus a bondi de 65 % en semaine, et de 125 % le week-end. Face au trafic routier saturé sur le littoral basque, à ses conséquences sur la santé publique et l'environnement, favoriser les transports en commun en les rendant accessibles à tous pourrait être une mesure d'ampleur. Je vous invite à lire l'article du Monde à ce sujet : https://www.lemonde.fr/economie/article/2019/11/04/a-dunkerque-la-gratuite-du-transport-public-est-plebiscitee_6017944_3234.html

LCV
LCV (BONNEAU Patricia)
#31 - 01-11-2019
Le diagnostic réalisé par la CAPB dans le cadre du PCAET (partie 3 version du 30 septembre 2019) met en évidence le souhait de développer l‘économie circulaire, les retours sur le forum du 6 avril arguant du fait qu’il ne faut pas « résumer l’économie circulaire au recyclage et investir l’ensemble des champs de cette thématique » et pointant un « manque de structuration des filières, des acteurs de l’économie circulaire rendant les projets fragiles ». Le diagnostic met également en évidence les progrès réalisés sur le territoire en termes de taux de valorisation des déchets, et notamment des déchets fermentescibles, depuis la mise en place du procédé de tri-méthanisation-compostage à Canopia. Si ces progrès sur la valorisation des fermentescibles sont réels, ils ne doivent pas pour autant marquer le pas. Certes, des progrès restent à réaliser sur le verre, les plastiques, les cartons, sur la diminution des erreurs de tri… Mais cela ne doit pas se faire au détriment des bio-déchets de cuisine. La législation évolue dans ce domaine, sur le tri sur le lieu de production des déchets et non sur le lieu de traitement (déjà acté), sur la norme sur la qualité du compost (à venir) et le territoire doit anticiper ces évolutions. Or rien n’est indiqué sur les axes de progrès envisagés sur cette question des bio-déchets de cuisine. Ces déchets fermentescibles continuent à représenter 1/3 de nos poubelles. Les gisements sont donc encore conséquents. Le tri sur le lieu de production des déchets pour une valorisation sous forme de compostage permet d’alléger les poubelles, peut-être dans certains cas, d’espacer les collectes, de ce fait, et donc de diminuer l’empreinte « déchets » du Pays Basque. De plus, la question des déchets de cuisine, qui nous touche tous de près, est un formidable vecteur d’éducation au tri auprès des jeunes et des moins jeunes. Le tri réalisé en usine tend, au contraire, à déresponsabiliser les habitants et acteurs économiques. Cette contribution constitue donc une demande pour qu’apparaissent dans le PCAET des engagements en faveur d’une diminution drastique des déchets putrescibles dans les déchets ménagers et assimilés ainsi qu’une collaboration avec les acteurs de l’économie circulaire qui œuvrent dans ce domaine.
Paxkal
Paxkal (Pascal Ballatore)
#30 - 31-10-2019

Bonjour, Je me permets de vous soumettre une tribune parue ce jour concernant un collectif de médecins, chercheurs et associations qui rappelle que la lutte pour le climat ne doit pas être menée au détriment de la santé! C'est ce qu'avec l'AVAP nous n'avons pas arrêté de souligner lors des discussions autour du PCAET, mais qui ne semble pas avoir du tout été entendu et mis en avant dans les synthèses des contributions aux différents ateliers thématiques malheureusement. Tant pis, nos enfants nous accuseront... L'article en question: https://www.alternatives-economiques.fr/lutte-climat-ne-etre-menee-detriment-de-sante/00090861 Cordialement, Pascal Ballatore P/o l'AVAP

Camille Rambaud
Camille Rambaud
#29 - 31-10-2019

Pour une agriculture plus végétale, une organisation tournée vers la permaculture et l’agroforesterie. Des semences libres et non soumisent aux lobbies ! Que les agriculteurs disposent de leurs ressources comme ils le souhaitent, et une interdiction des pesticides avec un soutien pour ce changement.

claire vincens
claire vincens
#28 - 25-09-2019
La nouvelles carte des mobilites a ete distribuee dans les boîtes aux lettres debut septembre: C'est une très bonne idee pour que les habitants se reposent la question de leurs deplacements! Pour la partie interieure, on peut remarquer une difference entre la Soule et Amikuze qui disposent de 6 aller retours par jour en interurbain y compris jusqu'à Bayonne, quand St Jean Pied de Port, qui a la chance d'avoir le train (il n'est pas dans les bouchons du matin), n'a que 4 aller retours, mais doit aussi payer 10€ le trajet au lieu de 2 en bus...; Est ce que cela pourra changer ? Ainsi que mettre le deuxième wagon dès que les pelerins commencent à être nombreux à le prendre ? Est ce que le carburant des trains de ligne non electrifiee comme celle-ci pourrait être l'hydrogène à terme ? Il n'y a pas de navette dans la petite agglomeration formee de St Jean le Vieux, Caro, St Jean pied de port, Ascarat, Uhart cize, etc. comme celle qui vient d'être inauguree en Soule et Amikuze ; Pour ce dernier point je me demande pourquoi: est ce definitif ? Est ce que la creation d'espaces de coworking à l'interieur, pourrait contribuer à limiter les deplacements vers la côte ?
KlimaKaravanTour
KlimaKaravanTour (La caravane du Plan Climat Pays Basque )
#25 - 03-07-2019

RECUEIL DES CONTRIBUTIONS DU KLIMA KARAVAN TOUR
Inauguration d'Aterpea - Ustaritz (29 juin 2019)
De : Coline

- Créer des lieux de compostage par quartiers pour que les déchets organiques soient revalorisés et planter des fleurs mellifères pour y faire revenir les abeilles et insectes pollinisateurs. Si l’espace le permet créer des jardins partagés qui permettent un retour de la biodiversité et une meilleure captation du carbone atmosphérique que le gazon standard.

- Créer un centre de compostage des déchets pour fabriquer de l’engrais + du paillage à partir du bois/paille.

- Plus de pistes cyclables sécurisées en centre-ville car aujourd’hui, aller travailler à vélo à Bayonne-Anglet-Biarritz représente un réel danger.

- Développer les magasins zéro déchets. Bio et local (et extra-local) pour développer/valoriser l’économie circulaire et les producteurs/maraichers bio locaux.
Ex : La Mesure/Épicier Bio.

- Poser des nichoirs à insectes pour permettre aux pollinisateurs de réinvestir la ville + des points d’eau à insectes qui souffrent aussi de la canicule (cf Hegohaldia).

- Valoriser la transition vers une végétalisation des repas dans les écoles, universités. Sensibiliser à l’impact de la production de la viande et produits laitiers chez les jeunes et proposer des légumineuses locales (ex : lentilles, quinoa des Landes) dans les cuisines en collectivités (cf site L214).

- Permettre à des associations d’acheter des terrains à haute valeur en biodiversité pour conserver ces espaces loin de l’intervention humaine (ex : chasse, élevage, résidence) comme le projet de l’ASPAS. Ce lieu pourrait servir de lieu de promenade et de sensibilisation. Surtout ces lieux pourraient servir de lieu de rétention d’espèces potentiellement nuisibles (sangliers, fouines, corbeaux...) qui manquent actuellement d’espace et de zone de chasse pour se nourrir, d’où leur arrivée à proximité des cultures.

KlimaKaravanTour
KlimaKaravanTour (La caravane du Plan Climat Pays Basque )
#24 - 03-07-2019

RECUEIL DES CONTRIBUTIONS DU KLIMA KARAVAN TOUR
Marché de Cambo-les-Bains (28 juin 2019)

 

  • - Cambo – Bayonne : pas assez de transports en commun. Surtout pour les TRAINS.
  • - Ecobuage = STOP car :
    • • Fertilisation des mauvaises herbes
    • • Rejets de CO₂
    • • Forêts en moins
  • - Diminuer le nombre de troupeaux de vaches et brebis => Favoriser les petits producteurs déjà existants et arrêter d’ouvrir de plus en plus de gros élevage.
  • - Arrêter l’épandage car va ensuite dans les cours d’eau et pollue l’eau.
  • - Faire du biogaz à la maison (ex : en Inde, avec un système de seaux contenant des déjections animales (un seau pour les solides, un pour les liquides, et des tuyaux).
  • - Que les gens arrêtent de déverser les fosses dans les champs.
  • - Organiser plus de Plan de Déplacement d’Entreprise : adapter l’emploi du temps des salariés en fonction du covoiturage qu’ils peuvent faire avec leurs voisins. Exemple : Boncolac
  • - Quid de la pollution informatique ?
KlimaKaravanTour
KlimaKaravanTour (La caravane du Plan Climat Pays Basque )
#23 - 03-07-2019

RECUEIL DES CONTRIBUTIONS DU KLIMA KARAVAN TOUR
Halles de Bayonne - Bayonne (22 juin 2019)

La climatologie ? Vaste chantier et programme ?
Je suis très ahurie de constater que, encore en 2020 bientôt, les paysages urbains aient tant de mal à accepter la nature en tous quartiers. Combien d’immeubles sont enchevêtrés, encastrés, sans aucun couloir de verdure, lors des canicules, les villes deviennent invivables.
Déjà, une bonne clim naturelle commence par les arbres, les champs.
La végétation est la 1ère des climatisations primordiales, car c’est elle qui régulera le climat, en partie très considérable.
Voici l’un des axes de mes constats concernant le climat mis à mal, sans exclure minéraux, gaz, pétrole... que l’on utilise sans doute en excès…
*L’éducation ludique
*Les transmissions concrètes pour enfants et adultes deviennent URGENTES. Vivre c’est aussi rectifier les erreurs.
Notre monde actuel utilise en trop grande partie les ressources financières pour nuire à la Terre.
De nouvelles consciences s’imposent.

KlimaKaravanTour
KlimaKaravanTour (La caravane du Plan Climat Pays Basque )
#22 - 03-07-2019

RECUEIL DES CONTRIBUTIONS DU KLIMA KARAVAN TOUR
Journée de la Glisse - Hendaye (15 juin 2019)
De : Nicolas

o Privilégier les transports lents (pieds, vélos) au tout voiture, par exemple revoir le système de prime de déplacement pour les travailleurs.
o Tri sélectif de tous les plastiques, des déchets organiques,.. comme en Hegoalde.
o Favoriser les repas végétaux dans les collectivités.
o Taxer plus les consommations et moins les abonnements (eau, électricité, gaz).
o Tri sélectif sur les événements (festivals) comme en Hegoalde.
o Remettre en place la consigne des emballages.
o Meilleure liaison entre Hendaye et Bayonne (type Euskotren).
o Meilleure liaison en bus vers l’intérieur (type Lurraldebus).
o Arrêter l’implantation des fermes usines.

KlimaKaravanTour
KlimaKaravanTour (La caravane du Plan Climat Pays Basque )
#21 - 03-07-2019

RECUEIL DES CONTRIBUTIONS DU KLIMA KARAVAN TOUR
Journée de la Glisse - Hendaye (15 juin 2019)

 

  • - Homogénéisation nationale du tri et du recyclage.

 

  • - Maintenir le tri pendant l’été.

 

  • - Mettre en place dans les écoles, un jour par semaine, le ramassage des déchets sauvages => faire rentrer dans les consciences dès l'enfance que si l’on ne veut pas ramasser nos déchets il ne faut d’abord pas les jeter.

 

  • - Plus de sensibilisation sur les plages avec plus de poubelles (ordures ménagères, recyclage, verre, etc).

 

  • - Mettre les marchés locaux en valeur (sur les panneaux d’affichage du territoire plutôt que les grandes chaines de supermarchés).

 

  • - Mettre en place des gobelets « végétaux » (en amidon) sur les plages.

 

  • - Les poubelles-conteneurs individuelles sont trop lourdes pour certaines personnes (personnes âgées, handicapées.)

 

  • - Il faudrait plus de conteneurs collectifs partout !
Rémi Bur
Rémi Bur
#19 - 24-06-2019
Plusieurs propositions pour limiter notre impact sur l'environnement et avoir un mode de vie plus résilient tout en favorisant le bon vivre ensemble :
MOBILITE: favoriser les mobilités douces et partagées
- créer plus de pistes cyclables : création automatique de pistes cyclables lors des réfections de voirie ou aménagements routiers / création d'axes cyclables (compléter cambo ustaritz) / favoriser le lien vélo / bus / train
- de la place pour les piétons : créer des sentiers pédestres autour des zones d'habitats (pourquoi prendre la voiture dès que l'on veut bouger? ) / créer des trottoirs dans les zones habitées ou touristiques / sécuriser les arrêts de bus (passage piéton + trottoirs)
- La priorité aux transports en commun : créer des voies dédiées de bus / augmenter la fréquence des transports (trains/bus ) lors des heures de pointes, créer des lignes directes
NOURRITURE :
- une nourriture issue des territoires : inciter les restaurateurs à consommer local / aider au développement des groupement de producteurs (réseaux de points relais, mutualisation des transports)
- aider au développement d'épicerie vrac + local
- nourriture locale + bio pour les cantines
HABITAT:
- inciter à la rénovation et à la réutilisation de batiments abandonnés : le rénovation doit^être plus intéressante financièrement que la construction (ptz rénovation, aide avec artisans agrées locaux ... )
- proposer des solutions aux acheteurs avec aide financière (isolation produits naturels, chauffage, panneaux solaires)
-généralisation de la réutilisation de l'eau de pluie
DECHETS :
- aide financière incitative sur les taxes ménagères pour ceux qui compostent/lombricompostent
- développer le réseau de réutilisation du verre
- arreter le plastique dans les administrations publiques
- inciter à la mutualisation : réseau de pret de matériel, mutualisation de pret de bennes à ordures , de broyeur, .....
- optimiser le réseau de don (EMMAUS trop loin), passage de bennes à don
REFLEXIONS :
- test de gratuité de certaines ressources vitales (ex EAU) jusqu' un seuil correspondant aux besoin minimaux et paiement au dépassement. Le principe est que si on veut consommer plus que de besoin par confort on paie + cher. Dans un souhait de société résiliente cela inciterait à réduire notre consommation et permettrait une base vitale pour tous. Le critère étant une consommation acceptable pour l'environnement. Cela pourrait être appliqué pour l'électricité, l'habitat, les transports,....
Pascale Arroyo
Pascale Arroyo
#17 - 22-06-2019
Comme il l'a été évoqué ce matin lors de la suite du forum par plusieurs contributions, l'enjeu Santé et l'enjeu Social à court terme, moyen terme, long terme (espèce humaine) et dans toutes les thématiques est central. Il a été répondu que oui cet enjeu était transversal au plan climat mais il faudrait lui consacrer un préambule bien spécifique pour insister sur l'importance de quelle société nous voulons : solidaire, équitable, soutenable et qui respecte chaque personne dans son intégrité et ce dans les 5 thématiques.
Julien SIMON
Julien SIMON
#16 - 05-06-2019
Le BTP est le premier producteur de déchets sur le territoire. Une grande partie des matériaux destinés à être jetés pourrait être sauvée et réemployée dans de nouvelles constructions ou créations.
LA SOLUTION: créer un lieu associatif où est proposé à la vente à bas prix des matériaux collectés principalement sur les chantiers afin de leur donner une seconde vie. On appelle ça une Recyclerie en matériaux de construction.
Il est temps de développer ce concept sur le territoire sachant qu'il marche très bien dans d'autres régions en France.
Maité Constanciel
Maité Constanciel
#15 - 03-06-2019
Beaucoup de paroles mais peu d'actes. On est très en retard sur la production d'ENR, peu de photovoltaique, pas d'eolien, heureusement quelques barrages. Très surprise aussi du retard sur la méthanisation pour les agriculteurs. on clame qu'on veut une agriculture saine de circuits courts et on ne développe pas la méthanisation qui apporte des ENR, un revenu supplémentaire et un moyen de se passer d'engrais chimiques. En outre, les hangars agricoles devraient être couverts de panneaux photovoltaïques. Il faut vraiment un plan d'urgence et changer de rythme !
Paxkal
Paxkal (Pascal Ballatore)
#14 - 23-05-2019
Titre: Respect du plan vélo actuel et travail sur le plan vélo futur (+ rappel sur la réglementation existante et son respect par les aménageurs/collectivités).
Je voudrais ouvrir la discussion, comme vous me l'avez précisé, sur une partie particulière du PDU, son plan vélo. J'aimerai savoir quelles sont les orientations prises, sachant que nous possédons actuellement toujours un plan vélo sur le périmètre de l'ex-ACBA et qu'il n'a à ce jour pas vraiment été suivi.
J'aimerai également rappelé un article de loi très important favorisant les aménagements cyclables partout (y compris dans les petits villages), l'article L228-2 du code de l'environnement qui précise qu'"à l'occasion des réalisations ou des rénovations des voies urbaines, à l'exception des autoroutes et voies rapides, doivent être mis au point des itinéraires cyclables pourvus d'aménagements sous forme de pistes, marquages au sol ou couloirs indépendants, en fonction des besoins et contraintes de la circulation.
L'aménagement de ces itinéraires cyclables doit tenir compte des orientations du plan de déplacements urbains, lorsqu'il existe."
Enfin je voudrais en complément vous faire parvenir une décision juridique en ce sens qui ont vu les collectivités et les aménageurs obligés de revoir leur copie (coût économique et écologique complémentaire!) justement parce qu'ils ne respectaient pas cette loi.
DH-AVAP
DH-AVAP (Dominique HARRIAGUE)
#13 - 21-05-2019
On peut lire dans le diagnostic de la qualité de l’air du PCAET du pays basque récemment publié :
« Les zones sensibles sont des zones où les actions en faveur de la qualité de l’air doivent être jugées préférables à d’éventuelles actions portant sur le climat. »

« Sur le territoire de la communauté d’agglomération Pays Basque, il s’agit des communes de Anglet, Arcangues, Bayonne, Biarritz, Bidart, Boucau, Ciboure, Guéthary, Saint-Jean-de-Luz, Saint-Pierre- d’Irube et Urrugne. » 

Je trouve donc curieux que ce sujet n'apparaisse pas en bonne place dans les thèmes de discussion proposés. L'air de la mer sans doute !
PIERRE CASENAVE
PIERRE CASENAVE
#12 - 12-05-2019
Propositions pour des changements profonds dans la mobilité au Pays Basque .

Voici des propositions pour tenter d’atteindre les objectifs d’une limitation du réchauffement climatique à 1,5 ou 2°C, basées notamment sur les propositions de B&L évolution :

VUL ( utilitaires légers )
-pour les PROFESSIONNELS THERMIQUES :
à partir de 2024 taxation qui augmente dans le temps
à partir de 2026 interdiction
-pour les PARTICULIERS :
à partir de 2022 taxation qui augmente dans le temps
à partir de 2026 interdiction
BUS
à partir de 2022 taxation qui augmente dans le temps pour les thermiques
à partir de 2022 aide financière pour biogaz, électriques
voies réservées sur les 2x2 voies à l’approche des agglomérations
POIDS LOURDS
Zones urbaines : interdiction à partir de 2021
Autoroutes et Routes : limitation à 80 sur autoroutes , à 60 sur routes à partir de 2021 avec radars ++
Autoroutes : taxes pour thermiques augmentant progressivement dans le temps ,
Routes : interdiction pour thermiques à partir de 2027
Routes : interdiction au-delà de X tonnes ( à définir ) à partir de 2022
VOITURES
ECOCONDUITE : pas de dépassement sur de nombreuses voies , radars ++
Grands axes : une voie réservée pour les bus et les véhicules à partir de 3 personnes à bord
Véhicules consommant plus de 5 litres au 100 : interdiction dans les centres villes puis partout à partir de 2024
Véhicules thermiques : interdiction dans les centres villes à partir de 2024
2030 : pas de véhicule de plus de 10 ans
Voitures avec 4 personnes : voies de bus utilisables
VOLS AERIENS
à partir de 2021 taxation ++++ des vols métropolitains : PARIS/ LYON etc
EMPLOIS/DOMICILE
Installer des commerces , des distributeurs « drive » dans les zones péri-urbaines , les quartiers et zones sans commerce,
Favoriser le télétravail.

Toutes ces propositions sont « impactantes » pour la vie de chacun de nous , pour chacun des habitants du Pays Basque , mais tout citoyen sait bien que sans changement profond du mode de société et sans changement profond du comportement quotidien de chaque individu , la limitation du réchauffement climatique sera impossible .
Ce type de mesures doit bien sûr être expliqué et discuté pour être approprié collectivement.

Certains pourront répondre que ces propositions entraineront un affaiblissement du Pays Basque . Personnellement je pense que de telles mesures seraient au contraire très favorables à l’image du Pays Basque en démontrant sa force de progrès et son intelligence collective.
CASENAVE PIERRE
CASENAVE PIERRE
#11 - 12-05-2019
Pour limiter le réchauffement climatique à 1,5°C , l’empreinte carbone de la France doit passer de 10,5 tonnes de CO2 par habitant en 2017 à 3,7 tonnes de CO2 en 2030.
B&L évolution ( dont Charles-Adrien Louis déjà formateur au CDPB est un des cofondateurs ) explique dans son rapport « Comment s’aligner sur une trajectoire compatible avec les 1,5°C ? » les moyens pour réduire le réchauffement dans tous les secteurs les plus émetteurs de gaz à effet de serre (résidentiel, tertiaire, mobilité, agriculture, industrie de l’énergie, aménagement, services et bien de consommation) .
Si on veut tous ensemble atteindre des objectifs élevés au Pays Basque , il faut des changements profonds dans tous les secteurs , des compromis collectifs difficiles .
Ce rapport me parait une très bonne base à partager pour définir la TEE au Pays Basque à un niveau suffisamment élevé , indispensable pour obtenir des résultats significatifs , seuls envisageables .
Avenirgb
Avenirgb (Avenir )
#10 - 28-04-2019
Membre d'Avenirgb et coopérateur au sein de Sugarai et d'Iener j'ai participé à l'atelier thématique "Energies renouvelables".
Développons les énergies renouvelables oui, mais il faut impérativement adapter les besoins à la ressource, commençons par la sobriété énergétique, sinon ce sera une course sans fin à la recherche de toujours plus d'énergie, une nouvelle version de la course à l’échalote.
Pour aller vers plus de sobriété certaines mesures demandent des investissements (transports, rénovation énergétique des bâtiments..), mais d'autres dont on se contente de parler depuis des années (cf défi famille à énergie positive) ne nécessitent aucune mise de fond, parmi celles là une ne dépend que d'une décision politique et aurait un impact quantitatif majeur, je dis bien majeur, et aussi pédagogique: la DIMINUTION DE L’ÉCLAIRAGE PUBLIQUE par le biais de la temporisation mais aussi de la suppression de certains lampadaires (nous pouvons illustrer notre propos par la visite nocturne d'un territoire). Cette source d'économie est la plus visible au sens propre, mais un "Conseiller en économie d'énergie" au sein de la CAPB pourrait faire une traque plus subtile: "l'énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu'on ne produit pas".
TEE
TEE (XAVIER CABILLON)
#9 - 19-04-2019
Tout d'abord, je tiens à féliciter l'organisation du forum de CAPB.
Grace à cet approche participative citoyenne car, de notre diversité territoriale, nous pouvons échanger nos idées, nos expériences, nos rencontres, et le bilan ne peut qu’aboutir à des réflexions positives.
Les politiques gouvernementales successives proposées depuis 40 ans n’ont rien apporté comme solution, démontrant leur inefficacité, mais surtout un perpétuel attachement à une dépendance énergétique basée sur les énergies fossiles et nucléaires, à une société de consommation toujours plus grandissante.
Premier constat, l’action doit démarrer de la base, et donc, en premier lieu il faut impérativement que les élus de ce territoire soient souverains de leurs actions, de leurs décisions, de leurs gestions patrimoniales, culturelles.
Notre avenir ne pourra pas engager la responsabilité des instances administratives et politique extra territoriale, qui bien souvent ne sont pas impliqués et responsabilisés, donc ils doivent avoir un avis consultatif simplement.
Ensuite concrètement, en ce qui concerne la lutte contre le changement climatique il faut une approche de bon sens basée sur 3 axes : sobriété, efficacité énergétique et le développement des énergies renouvelables (démarche négaWatt : https://negawatt.org/La-demarche-negaWatt)
Si rien n’est fait, s’est une remise en question de notre mode économique, culturel, social et de santé publique, car l’environnement reste notre support de (sur)vie, l’avenir de notre civilisation.
Ma contribution se porte sur le développement des énergies renouvelables.
L’idée principale revient à sauver notre patrimoine culturel et lui donner une seconde jeunesse, En équipant et soutenant nos vieux moulins multiséculaires en outils contre « le changement climatique ».
Le territoire TEPOS –TEPCV, Garazi-Baigorri produit près de 20% d’énergie renouvelable de sa consommation, les souletins sont à 100% grâce aux vieux moulins, autant de GES en moins !
Malheureusement, l’administration préfectorale (DDTM, DREAL, AFB, etc …) étrangle les producteurs d’énergie renouvelable par des contraintes abusives et infondées.
Donc, je proposerais :
- De sensibiliser les élus au principe d’une préservation de notre potentiel d’énergie renouvelable hydroélectrique, car chaque année la part de la production d’énergie renouvelable est enlevée au bénéfice de la production d’énergie non renouvelable.
- D’opposer un moratoire ou des décisions (notamment celle permise par l’article L 215-12 du Code de l’environnement : les maires peuvent, sous l'autorité des préfets, prendre toutes les mesures nécessaires pour la police des cours d'eau.) relatives à toutes les mesures administratives engendrant une diminution ou suppression de l’énergie renouvelable produite ou productible
- De demander à la CAPB, de se saisir des difficultés administratives qui pèsent sur le cap fixé par le Plan de transition énergétique (PCAET), et de s’opposer à toute atteinte aux seuils, moulins et microcentrales, gisement remarquable et durable de la production d’énergie renouvelable luttant contre les émissions de gaz à effet de serre.
Voici ma première contribution citoyenne dans votre forum ; dans l’attente d’une réaction.
Cordialement,
Xavier
HARRIAGUE Dominique
#5 - 10-04-2019
Bonjour,
Très bonne organisation des ateliers ce samedi 6 avril avec une très bonne ambiance, appliquée et constructive.
Les échanges démontrent néanmoins une absence criante d'information sur la réalité de la pollution atmosphérique dans notre belle région.
La nature très différente des causes suivant les territoires (transports sur la côte, agriculture en milieu rural, chauffage...) est méconnue car diluée dans une superficie bien plus grande : que pèsent le trafic automobile côtier, le rot de la vache d'Amikuze ou le poêle souletin une fois dilué dans l'EPCI ?
Le plan de protection de l'atmosphère de l'ex agglomération bayonnaise ainsi que son plan climat énergie territorial n'ont pas été cités une seule fois et la simple idée que le taux d'ozone puisse augmenter régulièrement à Bayonne n'a eu aucun écho. Celle d'un éventuel impact sanitaire lié à autre chose qu'à l'industrie du port également.
Dommage ! A moins qu'esquiver une évaluation par trop douloureuse (ou absente) ne soit le but recherché...
Dominique
Julia Loste
#4 - 08-04-2019
Bonjour à tous,
et merci pour cette première matinée, c'était agréable d'échanger avec autant d'acteurs locaux engagés.

En attendant le 22 Juin, j'avais envie de vous proposer WAG une petite appli sympathique initiée par le WWF France. Le but ? (s')inviter à se lancer dans de petits défis écologiques et responsables.
https://www.wwf.fr/agir-au-quotidien/we-act-for-good
Cette appli s'adresse à tous, petits et grands.
Une fois dessus, elle propose rapidement de passer à l'action en livrant de petites recettes sur la fabrication de produits ménagers (avec estimation de temps et degré de difficulté) et propose des actions allant du bien manger, au zéro déchet en passant par l'optimisation énergétique & la reconnexion avec la nature.
On peut aussi y trouver des évènements relatifs à la transition énergétique, festivals, ateliers.. et contribuer autant à la carte d'évènements sur le territoire qu'aux recettes... Faîtes des propositions !
À bientôt pour le 22 Juin !
Julia